Aperçu du patrimoine naturel indien 

 

 

                                                             

 

             

Si l'Inde est surtout connue pour son patrimoine historique et culturel, peu de gens ont conscience de la richesse de sa vie sauvage. L’Inde est pourtant un mini continent qui ne contient pas moins de cinq milieux naturels distincts : les montagnes de l’Himalaya, la plaine indo-gangétique, les forêts sèches du Deccan au centre du pays, la forêt tropicale des Ghats occidentaux au sud et de l’Assam au nord-est et les zones désertiques de l’ouest du pays. Cette mosaïque de milieux naturels sert naturellement de refuge à une faune nombreuse et variée qui n'a rien à envier à celle l'Afrique.

 

L’Inde abrite cinq espèces de grands félins : le tigre, le lion d'Asie (forêt de Gir), le léopard, le léopard des neiges (Ladakh), et la panthère nébuleuse (Assam). Le guépard était également présent en Inde jusqu'à son extinction au milieu du XX siècle.

 

Les canidés sont également bien représentés par les loups, les dholes et les chacals. Les loups habitent les contreforts de l’Himalaya mais il existe également une sous-espèce plus frêle qui hante les milieux ouverts et les forêts sèches de l'ouest et du centre du pays. Le dhole occupe les forêts du Dekkan au centre du pays jusqu'au Ghats du sud. Une sous-espèce qu’on appelle fara habite l’Himalaya. Le très adaptable chacal doré se trouve partout dans le pays à l’exception de la haute montagne.

 

L’hyène rayée est l'unique représentante de la famille des hyénidés en Inde. C'est une espèce discrète et rare qui fréquente les zones arides et la forêt sèche du centre de l’Inde. Contrairement à la hyène tachetée, elle chasse peu et se nourrit principalement de carcasses abandonnées par les tigres et les léopards.

 

A l'instar des hyènes, les ours se nourissent également de charognes à l'occasion. On trouve pas moins de quatre espèces en Inde. L'ours lippu est l'espèce la plus répandue et occupe la majeure partie du pays. Son proche cousin l'ours noir occupe le nord du pays et partage parfois son territoire avec l'ours brun dont la répartition est limitée aux contreforts de l'Himalaya. L'ours des cocotiers, le plus petit ursidé au monde habite quand à lui les jungles de l'Assam à l'Est.

 

Les espèces d’herbivores sont également très nombreuses à commencer par les cervidés présents dans l’ensemble du pays. Le cerf sambar, le cerf axis et le muntjac occupent la majeure partie pays à l’exception des déserts de l’Ouest et de la haute montagne. Le cerf hangul ou cerf du Cachemire peut s’observer sur les contreforts de l’Himalaya. Les cerfs les plus rares sont le barasingha présent à Kanha et Dudhwa et le cerf d’Eld qu'on ne trouve qu'à Manipur. Les antilopes sont moins bien représentées qu’en Afrique mais on trouve néanmoins le nilgaut présent au nord-ouest du pays, du Rann de Kutch au Madhya Pradesh. L’antilope cervicapre et la gazelle indienne se partagent les plaines du Rajasthan et du Gujerat. La très discrète antilope tétracère quand à elle, occupe la majeure partie du pays. Malgré des conditions de vie hostile, l’Himalaya regorge également de grandes populations d’herbivores parmi lesquelles on trouve le markhor, le barhal, le takin, le thar, le serow, l’ibex, l’argali et le yack.

 

L'Inde est également la patrie de quelques géants à commencer par l'éléphant d'Asie qui habite les jungles du sud et les plaines humides du nord du pays. Le rhinocéros unicorne de l'Inde et le buffle d'Asie ne se trouvent qu'en Assam et plus particulièrement dans le parc de Kaziranga. Le gaur, le plus gros bovidé sauvage du monde, a une répartition plus vaste des ghats au sud jusqu'aux forêts sèches du centre du pays. 

 

Outre les mammifères, le sous-continent abrite une avifaune variée, il suffit de se rendre au sanctuaire ornithologique de Bharatpur pour s’en convaincre. Les reptiles sont également bien présents mais peu visibles. Parmi les serpents le cobra indien, le cobra royal, le krait et le python indien sont les espèces les plus emblématiques mais sont rarement observées. Les sauriens sont un peu plus visibles avec trois espèces : le crocodile des marais ou mugger qui est de loin l’espèce la plus courante, le gavial du Gange et le crocodile de mer qui hante les estuaires à l’Est du pays.

 


                                                                                               Les safaris en Inde

 

 

                                                             

 

 

Si le principe des safaris en Inde reste le même qu’en Afrique, les deux expériences demeurent néanmoins très différentes. Les réserves indiennes sont nettement plus petites que leurs homologues africaines et sont semblables à des des ilots au milieu d’une marée humaine. Avec près d’un milliard d’habitants en Inde, il y a de moins en moins d’espace pour la faune indienne qui souffre également de la déforestation et du braconnage. Les conflits hommes-animaux à la périphérie des réserves sont d'ailleurs extrêmement fréquents en particulier en ce qui concerne les éléphants et les léopards. Du fait de la faible superficie des réserves, la densité des véhicules de touristes y est très forte, et il n’est pas rare de voir un tigre encerclé par des dizaines de véhicules dans une cacophonie assourdissante de cris excités des touristes. Il ne faut pas hésiter à fuir ce genre d’attroupements à moins de n’avoir jamais vu l’animal ciblé.

 

Si la diversité animale de l’Inde n’a rien à envier à celle de l’Afrique, les densités animales sont nettement plus faibles. La faune indienne est également plus farouche et le couvert forestier ne facilite pas son observation. Plus qu'en Afrique, le visiteur doit donc faire preuve de patience. Si les herbivores sont assez faciles à voir, les prédateurs représentent un véritable challenge.

 

Le tigre est sans aucun doute l’espèce la plus prisée des visiteurs mais son observation n’est en aucun cas garantie même dans les meilleures réserves du pays. Le tigre n’est pas le lion, à l’instar du léopard c' est un animal solitaire et discret qui affectionne la végétation dense. Les réserves les plus propices à l’observation du tigre sont dans cet ordre la réserve de Bandhavgarh dans le Madhya Pradesh, le parc national de Ranthambore dans le Rajasthan et le parc national de Kanha dans le Madhya Pradesh.

 

 


                                                             RANTHAMBORE

 

 

                                                      

 


Des trois parcs cités, Ranthambore est certainement le plus célèbre du fait de la bonne visibilité de ses tigres. Pendant une période ces derniers avaient pris l’habitude de poursuivre les cerfs sambars jusqu’au milieu des lacs offrant au passage de passionnantes interactions avec les crocodiles des marais. Le charme de Ranthambore réside également dans ses ruines millénaires qui essaiment à travers le parc et qui servent parfois de refuge à la faune locale. En l’espace de trois jours à Ranthambore j’ai pu observer le tigre à trois reprises, deux léopards, des cerfs sambars et axis, des nilgauts, des entelles, des crocodiles des marais et des sangliers. Ranthambore étant extrêmement fréquentée, les autorités du parc répartissent les touristes entre 5 routes de manière totalement arbitraire. Les routes n°2,4 et surtout la n°3 qui passe autour des lacs où se rassemblent les animaux sont les plus intéressantes. La route n°5 est un peu plus rébarbative. Les autorités du parc imposent l'usage du canter, sorte de minibus sans toit afin d’entasser le maximum de touristes à l’intérieur. Je déconseille formellement l’usage du canter qui ne favorise pas l’observation des animaux car trop bruyant et d’opter à la place pour le 4x4. Les autorités du parc ne laissent pas forcément le choix et il est donc nécessaire de s’assurer auprès de son tour opérator de la disponibilité des 4x4.

 

Avantages :

 

- de bonnes chances de voir les tigres
- de grandes densités de faune autour des lacs (cerfs, sangliers, crocodiles)
- le riche patrimoine culturel avec le fort de Ranthambore qui accueille des pèlerinages hindous et les ruines disséminées à travers le parc.
- la relative accessibilité du parc
- la beauté des paysages

 

Inconvénients :

 

- la surfréquentation touristique
- l’usage des canters pour visiter la réserve
- l’imposition du choix des routes par les autorités du parc
- la discrétion des autres prédateurs parc que sont le léopard, l’ours lippu et la hyène rayée.

 

                                   Facilité d’observation de la faune à Ranthambore


Observation pratiquement garantie : cerfs axis, cerfs sambars, sangliers, entelles, crocodiles des marais

 

Observation fréquente : tigres, nilgauts

 

Observation (très) aléatoire : léopards, ours lippus

 

Observation exceptionnelle : hyène rayée, antilope cervicapre, gazelle indienne

 


                                                                    KANHA

 

                                                     

 


Kanha possède une diversité animale supérieure à la plupart des autres parcs indiens. Cependant la grande superficie du parc et l’important couvert forestier ne facilitent pas l’observation de la faune. Les prairies de Kanha abritent de nombreux herbivores en particulier les cerfs axis, le barasingha appelé aussi cerf des marais ainsi que le nilgaut et plus rarement l’antilope cervicapre. Les forêts sont le repaire des sambars, des gaurs, des sangliers et des muntjacs. Tous ces herbivores sont naturellement la proie des prédateurs présents dans la réserve au premier rang desquels le tigre, le léopard, les dholes, l’ours lippu et le chacal. L’hyène rayée et le loup indien sont présents dans la réserve mais sont rarement observés.

Il est possible à Kanha de participer à des Tiger Shows. Si les rangers repèrent un tigre à proximité des pistes, les autorités du parc peuvent alors décider de recourir aux éléphants pour transporter les visiteurs à quelques mètres du fauve. Les sensations sont garanties. L’éléphant est un moyen à la fois original et naturel d’observer le tigre de très près dans son milieu naturel. En trois jours à Kanha, j’ai pu observer deux tigres de près, des gaurs, un muntjac, de nombreux troupeaux de cerfs sambars, axis et barasinghas J’ai également eu la chance d’apercevoir furtivement un groupe de trois dholes sans pouvoir les photographier.


Avantages :

 

- une faune riche et variée
- les tiger shows
- un des meilleurs parcs pour l’observation du tigre
- la présence du barasingha, l’un des cerfs les plus rares du monde

 

Inconvénients :

 

- les animaux sont parfois difficiles à localiser du fait du couvert végétal

 


                                       Facilité d’observation de la faune à Kanha


Observation pratiquement garantie : cerfs axis, cerfs sambars, barasinghas, sangliers, entelles

 

Observation fréquente : gaurs, tigres, dholes

 

Observation (très) aléatoire : léopards, ours lippus, chacals, nilgauts, antilopes cervicapres, muntjacs

 

Observation exceptionnelle : loup indien, hyène rayée,

 


                                                              BANDHAVGARH

 

 

                                                      

 

 


Bandhavgarh est sans conteste l’un des meilleurs parcs de l’Inde pour l’observation des tigres. En effet, la densité des tigres y est très élevée et les chances d’y observer le félin y sont très bonnes sans que l’on puisse pour autant garantir son observation. Bandhavgarh partage de nombreuses caractéristiques avec Kanha que ce soit au niveau de la flore ou de la faune et on y observe à peu près les mêmes espèces (tigres, léopards, dholes, chacals, loups, hyènes rayées, sambars, axis, muntjacs, gaurs etc). L'inconvénient majeur du parc réside dans sa faible superficie engendrant nécessairement une surfréquentation touristique qui peut s'avérer néfaste et quelque peu désagréable. C’est néanmoins le prix à payer pour être sur de voir le félin.

 


En trois jours à Bandhavagarh, j’ai pu observer des jeunes tigres à deux reprises et une tigresse. J’ai également eu la chance inouïe d’observer deux ours lippus et deux léopards dont l’un d'eux à quatre reprises. Ceci est tout à fait exceptionnel et n’est en aucun cas la norme.  Le léopard et l’ours lippu sont des animaux très difficiles à observer bien plus encore que le tigre. L’autre intérêt de Bandhavgarh réside dans son patrimoine historique et tout particulièrement le fort qui domine le parc.

 

Avantages :

 

- la très forte probabilité de voir le tigre
- la richesse de la vie sauvage
- les tigers shows

 

Inconvénients :

 

- le trop grand nombre de touristes
- la récente disparition des gaurs

 


                             Fréquence d’observation de la faune à Bandhavgarh


Observation pratiquement garantie : cerfs axis, cerfs sambar, sangliers, entelles

 

Observation (très) fréquente : tigres, gaurs

 

Observation (très) aléatoire : léopards, dholes, ours lippus, muntjacs, chacals, nilgauts ?

 

Observation exceptionnelle : loup indien,

Top