Le léopard est le Graal des safaristes, en tout cas c'est le mien. Sa beauté, son mystère, sa furtivité qui le rend si difficile à localiser sont autant de raisons qui expliquent pourquoi il est tant prisé par les touristes. Nombreux sont ceux qui repartent d'Afrique sans avoir croiser le félin tacheté. Les rencontres avec le léopard sont des instants magiques qui restent gravés dans les mémoires pendant de nombreuses années. J'ai vu mon premier léopard en 1997, je m'en rappelle encore aujourd'hui dans les moindres détails. Malheureusement, l'observation de cet animal n'est en aucun cas garantie, au contraire ne pas le voir est plutôt la norme, mais c'est ce qui fait que chaque moment avec cet animal est unique.

 

Il peut paraître étrange qu'il soit si difficile de voir ce fauve alors qu'il a la plus vaste aire de répartition de tous les félins. En effet, le léopard est répandu dans toute l'Afrique subsaharienne à l'exception du sahara. On le trouve également au Moyen-Orient, en Iran, en Israel, en Oman, en Inde, dans toute l'Asie du Sud-Est, à Java jusqu'en Sibérie où il côtoie le tigre.

 

Le succès du léopard réside dans son extraordinnaire capacité d'adaptation. Moins gros que le tigre ou le lion, sa taille est idéale pour s'attaquer à une grande variété de proies. Il peut s'attaquer aussi bien aux grand animaux comme les cerfs et les antilopes comme se contenter de très petites proies ce que les lions et les tigres ne peuvent se permettre de faire. Ses facultés arboricoles lui donnent également accès à des proies hors de portée des lions et des tigres incapables de grimper aux arbres. Mais surtout, le léopard plus encore que n'importe quel autre prédateur est capable de vivre à proximité des hommes sans se faire repérer ce qui lui permet de survivre plus longtemps dans les zones modifiées par l'homme. On trouve des léopards aux abords de grandes villes comme Nairobie et Bombay où ses facultés d'adaptation lui permettent de survivre dans cet environnement urbain en se nourrissant de chiens et de chats.

 

Le léopard est un animal solitaire et territorial. Les mâles règnent sur de vastes territoires qui se superposent à celui de plusieurs femelles. La taille du territoire varie en fonction de l'abondance du gibier et les léopards le patrouillent journellement pour le marquer et éventuellement le défendre contre les intrus. Les adultes ne se rencontrent que pour s'accoupler et le mâle ne participe pas à l'éducation des petits. La mère a des portées de deux à trois petits qui seront sevrés vers 3 mois. La mère leur apprendra à chasser et les protégera contre les prédateurs et les léopards mâles étrangers. Vers l'âge de 18 mois, les petits quittent leurs mères. Les léopards mâles de la même manière que les lions essaieront de tuer la progéniture engendrée par un autre mâle pour que la femelle soit de nouveau réceptive et ainsi propager leurs propres gènes.

 

 

 

 

Longueur: 1,30-1,90

 

Hauteur au garrot: 70 cm environ

 

Poids: F= 50 kg ; M= 65 kg en moyenne jusqu’à 90 kg

 

Habitat: Très adaptable, on le trouve presque partout des semi déserts à la forêt dense humide en passant par les savanes et les zones montagneuses jusqu’aux abords des villes. Il aime fréquenter les zones rocheuses comme la Gorge du Léopard au Masai Mara.

 

Proies: Le léopard a le régime alimentaire le plus varié de tous les prédateurs africains : des insectes aux mammifères de la taille d’un zèbre adulte ou d’un grand koudou mâle. Le léopard chasse principalement les animaux de taille moyenne pesant entre 20 à 85 kg comme les primates, les suidés, les gazelles, les impalas, les antilopes de taille moyenne comme les reduncas, pukus, lechwes, les jeunes et subadultes des grandes antilopes, les jeunes zèbres, les petits buffles. Le léopard est également capable de s’en prendre à de plus grosses proies pesant jusqu’à trois fois son propre poids comme les jeunes girafes, les gnous et les zèbres adultes, les grandes antilopes comme les cobes, les koudous, les oryx et les hippotragues. Une fois tuée, le léopard monte sa proie dans un arbre pour la soustraire aux autres prédateurs. Il peut grimper à un arbre avec une proie de 150 kg dans la gueule. Le léopard chasse à l'affut comme le lion.

 

Prédateurs: Les léopards ont peu de prédateurs à l'âge adulte. Seuls les lions et les grands crocodiles représentent une menace mortelle. Un léopard même adulte ne fait pas le poids face à un lion ou une lionne adulte qui sont deux à trois fois plus gros que lui. Cependant, il arrive parfois qu'un léopard puisse résister avec succès à une attaque de lion surtout si le lion est seul. Le léopard est un animal combatif et particulièrement dangereux quand il est acculé. Face à un lion il s'applatira sur le dos présentant ses griffes acérées et ses crocs à l'agresseur. Une vidéo prise dans le Kruger montre un léopard résistant avec succès à quatre lionnes avant de s'enfuir non sans avoir blessé une lionne au museau. Un autre léopard a échappé de justesse à un lion mâle, lui assenant un coup de pattes en pleine face avant de prendre la poudre d'escampettes. Cependant dans la grande majorité des cas, le lion aura le dessus sur le léopard et le tuera à la moindre occasion.

 

Les grands crocodiles s'attaquent en de rares occasions aux léopards lorsqu'ils viennent s'abreuver. Inversement, le léopard peut parfois s'en prendre aux sauriens de taille modeste. Ils tuent parfois les pythons même les plus gros.

 

Les relations entre les hyènes et les léopards sont beaucoup plus complexes. Si un groupe de hyènes tachetées déterminé est capable de venir à bout d'un léopard, les hyènes sont surtout des concurrentes et des voleuses de proies plutôt qu'une menace. Un léopard surtout si c'est un mâle est tout à fait en mesure de repousser une hyène solitaire voire de la tuer. Theodore Bailey rapporte le cas célèbre d'un léopard mâle de taille moyenne, M23 qui a tué deux hyènes qui tentaient de s'accaparer ses proies. Exceptionnellement un léopard est capable de repousser jusqu'à deux/trois hyènes. Une femelle léopard n'hésitera pas à attaquer plusieurs hyènes si elles menacent ses petits. En revanche lorsqu'il y a de la nourriture en jeu, c'est souvent la hyène qui aura le dessus. Une hyène solitaire et à fortiori si elles sont en groupe n'hésiteront pas à voler sa proie à un léopard qui préfèrera leur abandonner et tuer une autre proie plutôt que de se battre et risquer une blessure incapacitante. Contrairement aux hyènes et aux lions, le léopard ne peut compter que sur lui-même pour trouver de la nourriture, une blessure le condamnerait à une mort lente dans la mesure où il ne serait plus capable de chasser et donc de se nourrir.

 

Les relations avec les lycaons sont similaires. Les meutes de lycaons dominent les léopards mais un léopard aura le dessus sur un lycaon solitaire ou sur un petit groupe. Les léopards dominent les guépards qu'ils tueront si ils en ont l'occasion.  Les léopards s'attaquent aussi aux pythons.

 

Enfin il est difficile d'évoquer les léopards sans parler des babouins. Les babouins et les léopards sont des ennemis intimes. Les léopards sont les plus grands prédateurs des babouins qui eux s'en prennent parfois aux petits léopards. Pendant la journée,  les babouins sont virtuellement inattaquables, les mâles de la troupe veillent et se ligueront pour attaquer un léopard trop entreprenant et peuvent même le tuer si ils sont en nombre suffisant. La nuit, le rapport de force s'inverse, et les babouins sont à la merci du léopard.

 

Meilleurs endroits pour l’observer: Les léopards sont présents dans toutes les réserves mais il sont très difficiles à observer à tel point qu'il ne faut pas espérer les voir. Pourtant, il existe quelques réserves où ils sont beaucoup plus visibles. La Mecque du léopard est incontestablement la réserve de Sabi Sand en Afrique du Sud où l'observation du léopard est pratiquement garantie. La réserve de South Luangwa en Zambie est également très réputée, de même que la réserve de Tuli au Botswana. En Afrique de l'Est, la réserve de Samburu est peut être la meilleure réserve du Kenya pour voir des léopards. La réserve du Masai Mara et Nakuru au Kenya sont également propices à son observation sans qu'elle soit garantie pour autant. Idem pour les réserves de Tarangire et du Serengeti en Tanzanie où ils sont vus très régulièrement.

Top