A l’instar de l’Inde, l’Ethiopie est doté d’un tel patrimoine historique et culturel que la richesse de sa biodiversité tend à passer au second plan. Pourtant, le pays est un véritable paradis pour les ornithologues avec la plus grande diversité aviaire d'Afrique dont plusieurs espèces endémiques. L'endémisme se retrouve également chez les mammifères avec pas moins de 6 espèces: le gelada, l'ibex walia, le nyala de montagne, le loup d'Abyssinie, l'âne sauvage de Somalie et le bubale de Swayne.

 

En dehors des espèces endémiques, il est possible d’observer un certain nombre d’espèces rares, inféodées aux milieux arides de la corne de l’Afrique parmi lesquelles : les grands et petits koudous, la gazelle de Sommering, l’oryx beisa et le babouin hamadryas.

 

Les grands mammifères de la savane africaine comme les éléphants, les girafes, les buffles, zèbres et autres antilopes, sont également présents au sud du pays dans les parcs du Mago et de l’Omo. Cependant, leur observation n’est en aucun cas garantie et les densités sont nettement plus faibles qu’au Kenya et en Tanzanie. En ce qui concerne les grands félins (lions, léopards, guépards), il reste des reliquats de populations dispersées à travers le pays. Il semblerait que les parcs de l’Omo et du Mago soient les derniers sanctuaires des grands fauves en Ethiopie, mais là encore leur observation relève de la gageure ou de la chance. Le parc de l’Awash en Afar, possède encore quelques populations de lions, de léopards et de guépards. On peut également trouver des léopards et quelques lions dans la forêt de Harenna sur l’un des versants du massif du Bale. En réalité, le grand prédateur le plus répandu est la hyène tachetée que l’on peut voir la nuit autour de la plupart des villes et villages d’Ethiopie. La ville d’Harar à l’Est du pays est particulièrement réputée pour ses hyènes que des "hyena men" viennent nourrir tous les soirs.

 

Si l’Ethiopie n’est pas une destination de safaris à proprement parler, les parcs nationaux du Bale et du Siemens méritent néanmoins une visite pour l'observation des espèces endémiques. Le parc de l’Awash vaut également le détour pour sa faune facilement observable et la beauté de ses paysages. Bien que les parcs du sud (Omo et Mago) abritent une  faune similaire à celle que l'on trouve nord Kenya, ils n’offrent pas les mêmes facilités d’observation. En réalité, les parcs du sud sont surtout connus pour les nombreuses ethnies qui les habitent (Mursi, Hamer, etc). Ces parcs sont très isolés et il faudra pas moins de trois jours de route pour y arriver à partir d'Addis Abeba. Il n’y a aucune infrastructure touristique au sein de ces parcs. Si l’expérience éthiopienne s’avère très différente de celle proposée par les pays de safaris classiques, elle demeure tout aussi exaltante et pleine de surprises.

 

 

 


                                                      Le Parc National du Bale

 

                                                  

 

 

 

Le Bale est un massif montagneux au sud du de l’Ethiopie à une demi-journée de route d’Addis Abeba. Le Bale est constitué de plusieurs écosystèmes, les forêts de Dinsho autour du quartier général du parc, le plateau glacial de Sanetti, et la forêt vierge de Harenna. C’est à Dinsho que l’on trouve les plus grandes densités animales : nyalas de montagne, guibs harnachés de Menelik, reduncas, céphalophes, phacochères ou hyènes tachetées. Le plateau de Sanetti semble plutôt désert en comparaison mais c’est certainement le meilleur endroit de toute l’Ethiopie pour observer le carnivore le plus rare d’Afrique : le loup d’Abyssinie. Les loups sont relativement aisés à apercevoir et avec un peu de chance il est même possible de les voir chasser les rongeurs. La forêt de Harenna, sur le versant opposé est habitée par une grande diversité de mammifères rares et difficiles à voir comme les potamochères, les hylochères, les colobes, les léopards et une petite population de lions. Il y a plusieurs façons d'explorer le parc, en land rover ou en trek de plusieurs jours accompagné de mules. Le massif du Bale est l’un des sites les plus extraordinaires d’Ethiopie et d’Afrique.

 

Avantages :

- Une faune rare qu’on ne voit nul part ailleurs comme les nyalas et les loups d’Abyssinie
- Paysages
- Richesse de l’avifaune

 

Inconvénients :

- Les animaux de la forêt de Harenna sont difficiles à voire
- L’hébergement peut être difficile à trouver en haute saison

 

 

                                             Facilités d’Observation des Mammifères au Bale


Observation pratiquement garantie : nyalas de montagne, reduncas, guibs harnachés de Menelik, phacochères.

 

Observation fréquente : loups d’Abyssinie, babouins, colobes.

 

Observation aléatoire : hyènes tachetées.

 

Observation exceptionnelle : hylochères, potamochères, léopards, lions.

 

 

 

 

 

                                                         Parc National de l’Awash

 

 

                                                     

 

 

Le Parc National de l’Awash est situé dans la région Afar à 3h de route d’Addis Abeba. Le parc est coupé en deux par l’ancienne voie ferrée reliant Addis à Djibouti. Le sud du parc est composé principalement de savanes herbeuses où l’on peut observer des oryx, des gazelles de Soemmering, des phacochères et des babouins. Les gorges de l’Awash se trouvent également au sud du parc. Le nord est plus broussailleux et sert de refuge aux grands et petits koudous, aux phacochères, aux diks-diks et aux babouins hamadryas. C’est également au nord du parc qu’on peut espérer voir des lions et des léopards avec beaucoup de chance. Lors de ma visite à l’Awash, j’ai pu voir des traces fraiches de léopard et entendre le rugissement d’un lion, ce dans le même périmètre. A l’extrême nord du parc se trouvent les sources chaudes du Filoweha autour desquelles on peut voir des cobes défassa.

 

Avantages :

- Possibilité de voir des animaux rares comme les oryx, les petits koudous, les gazelles de Soemmering et les hamadryas.
- Facile d’accès à 3h de route d’Addis Abeba
- Les gorges de l’Awash
- Les sources d’eau chaude de Filoweha

 

Inconvénients :

- Les lions, léopards et guépards sont extrêmement difficiles à apercevoir
- Le parc est mal entretenu
- Les incursions des Afar et de leur bétail dans le parc

 

 

                                 Facilités d’observation des Mammifères au Parc National de l’Awash

 

Observation pratiquement garantie : oryx, babouins, phacochères, diks diks

 

Observation fréquente : gazelles de Sommering, babouins hamadryas

 

Observation aléatoire : petits koudous, grands koudous, cobes défassas, hyènes tachetées

 

Observation exceptionnelle : léopards, guépards, lions
 

Top